mercredi 13 octobre 2010

Sammy Ravel (à gauche), en présence de Paula Kerob et de Didier Fleuret

Israël face aux défis de la paix

Sammy Ravel, ministre plénipotentiaire auprès de l'ambassade d'Israël, était l'invité, lundi, de Paula Kerob, présidente de l'Alliance France-Israël, et de Didier Fleuret, président du Rotary-Club de Levroux Boischaut Champagne. M. Ravel proposait une conférence, dans les salons du restaurant La Manufacture, sur le thème Israël face aux défis de la paix.

Sammy Ravel, où en sommes-nous dans le processus de paix israélo-palestinien ?
"Nous sommes dans une phase très importante. Des efforts sont fournis pour faire avancer vers la paix et aboutir à un accord entre Israéliens et Palestiniens."
Ne rencontrez-vous pas de nombreux obstacles pour avancer dans ces négociations ?
"Difficile, en effet, de retourner à la table des négociations. Il y a eu le discours de Netanyahou, en juin 2009... Après, il y a eu la décision de déclarer un moratoire de dix mois pour la construction de nouveaux bâtiments en Cisjordanie... Il nous faudrait négocier directement, face à face. Il nous est difficile de comprendre pourquoi les Palestiniens présentent chaque fois de nouvelles conditions et créent des obstacles à ces négociations."
Sur quels principes l'approche israélienne est-elle basée ?
"En priorité, sur la reconnaissance d'un Etat palestinien. Cet Etat doit connaître le caractère d'Israël comme Etat du peuple juif et signer la fin du conflit. Mais il ne faut pas ignorer les défis. Il y a l'Iran et le Ham as qui s'opposent à l'idée même de l'existence de l'état d'Israël..."
Propos recueillis par Gilles Guillemain, cor. NR La Nouvelle République - mercredi 13 octobre 2010